Biographie

Gerard Vincent Né en 1922 à Neuilly,  dans un milieu bourgeois,  Gérard Vincent, après des études au lycée Carnot et une licence d’histoire à la Sorbonne,  réussit le concours d’Agrégation.

Après un premier poste en Martinique puis un autre dans l’Oise, il est nommé au lycée Henri IV et dans le même temps chargé de cours à » Sciences PO ». Puis il devient Maître de Conférences à « Sciences PO ». Il a également donné des cours dans plusieurs universités américaines (NYU, SUNY, Middlebury College), au Centre de Formation de Journalistes (CFJ) et à l’Ecole Militaire de Coëtquidan.

En 1954 Il épouse Mireille Pesle, née au Maroc, dont le père, Octave Pesle, fut un des premiers traducteurs du Coran en français. Ils acquièrent rapidement une maison à Gordes qu’il possède toujours.

Devenu sociologue et spécialiste de la société française contemporaine, il a animé de nombreux séminaires (dont plusieurs sur le thème Peinture et Société), très fréquentés, dont l’audience allait au delà des élèves de « Science PO ».

Il a publié une douzaine d’ouvrages dont Les Professeurs du Second Degré (Presse de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1967), Le Peuple Lycéen (Gallimard, 1974), Les français 1945-1979, Aujourd’hui 1945-1970 chez Masson (qui seront l’objet de nombreuses rééditions et mise à jour), Science Po, histoire d’une réussite (Orban, 1987). Il a codirigé avec Antoine Prost le Tome V de l’Histoire de la vie privée (Seuil, 1987).

En 1992, sous le pseudonyme d’Akhénaton, il a fait paraître, aux éditions Quai Voltaire, L’histoire de l’homme racontée par un chat, qui démontre, à ses yeux, que deux champs échappent au « progrès »: la morale et l’art.

En 1997, paraît, aux éditions Descartes et Cie, une réflexion sur l’acte de peindre, synthèse de sa vaste culture artistique et de son expérience de peintre: La prunelle de Dürer.

Artiste autodidacte, il commence à peindre et à sculpter à 30 ans.  Il est l’auteur de plusieurs centaines de peintures et d’une centaine de sculptures dont certaines sont déjà dans des collections particulières. Il est aussi l’auteur d’une mosaïque qui orne le hall d’un immeuble du 7 ème arrondissement de Paris et plusieurs de ses statues monumentales ont orné le restaurant « Prunier de la Madeleine »à l’époque où il était la propriété d’un de ses amis.

Il a organisé deux expositions à la Galerie Berri-Lardy en 1965 et 1967, puis une dernière en l’an 2000, dans une concession Citroën du 15 ème arrondissement de Paris.

En 1996, il transforme un appartement d’un  immeuble du quartier Montorgueil à Paris qu’il appelle son « égomusée » et publie un catalogue « Regards de peintres ».

Envoyer cette page à un(e) ami(e) Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer un commentaire

  

  

  

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>